web analytics

s'abonner: Articles | Commentaires | Email

leader

SPT: Prévention, détection, prise en charge

0 comm.
PARTAGER

Dans le cadre du plan d’action de lutte, le Ministère a mis en place une chaine de soutien psychologique permettant:

– De prévenir le SPT

– De détecter le SPT

– D’être pris en charge en cas de SPT si le militaire le désire, car le but n’est pas de sortir de l’institution le militaire qui souffre d’un SPT, mais de les réinsérer au niveau où il était avant.

Beaucoup trop encore considèrent le SPT comme un sujet tabou, une faiblesse et en ont honte. C’est une erreur, car c’est uniquement une blessure. D’autres ont peur de perdre leur aptitude opérationnelle et cachent leurs troubles. C’est une autre erreur car cela peut les rendre dangereux en OPEX pour eux et pour les autres.

Quels sont ces outils, vers qui se tourner, comment suis-je aidé ?

PREVENTION ET DETECTION

– Cellule d’intervention et de soutien psychologique de l’armée de Terre (CISPAT)

Composée de psychologues, la CISPAT intervient en France, dans les DOM et dans les COM, au profit des forces pré-positionnées, et sur les théâtres d’opérations.  Sur les théâtres, le psychologue apporte un soutien d’urgence après un événement traumatisant. Il maintient la capacité opérationnelle des unités et est un appui au commandement. Pour remplir sa mission, le psychologue s’appuie sur les autres acteurs du soutien : le médecin d’unité, l’officier environnement humain (OEH), le référent section, les aumôniers.

– Le médecin d’unité

IT du médecin en chef Eric Rabatel, médecin d’unité au centre médical des armées  de Toulouse-Castres:

Quel est le rôle et l’importance du médecin d’unité dans le dépistage du stress post-traumatique ? 

Le médecin d’unité est en contact permanent avec les militaires du régiment. Nous sommes donc naturellement l’une des premières personnes vers qui se tourne le militaire qui souffre d’un stress post-traumatique. L’une de nos missions est d’informer et de tendre la main aux soldats qui peuvent être en souffrance psychologique. Certains se rendent au centre médical pour parler de leurs problèmes. D’autres les évoquent au détour d’un saut, en manœuvre, ou lors d’exercices. Cette proximité, cette simplicité d’accès font notre plus-value. Souvent, ils nous ont vus en opérations extérieures. On s’est mouillé avec eux, on a vécu les mêmes choses. On sait ce qu’ils ont pu traverser. Or il est plus facile de venir se confier à quelqu’un qui a partagé les mêmes expériences. En 2008, j’ai été muté au 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (8e RPIMa). Il a fallu un temps d’apprivoisement pour que ces militaires viennent me parler de leurs troubles psychologiques. Lorsqu’ils ont appris que j’avais fait l’Afghanistan, le contact s’est nettement amélioré et ils sont venus plus nombreux.

LIRE ICI L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE

– Le référent de section

Militaire du rang ou sous-officier, volontaire sélectionné par son chef, le référent de section est un soldat expérimenté doté de la confiance de la section. Il identifie les réactions psychologiques et comportementales inadaptées et alerte son chef, s’il le juge nécessaire.

– L’officier environnement humain (OEH)

Véritable outil de commandement au service du chef de corps, l’OEH est un acteur spécialisé du régiment. Il a suivi un stage dense de 5 semaines, dont 2 obligatoirement au sein du service psychiatrie d’un hôpital interarmées. Il a donc acquis des connaissances et des techniques spécifiques. Il contribue à maintenir au plus haut la capacité opérationnelle en préservant le facteur humain. Il soutient les référents de sections et coordonne l’action des autres intervenants. L’OEH est présent en amont pour informer sur le stress et sa gestion. Pendant la mission, il détecte les situations à risques et le personnel vulnérable. Il participe également à la préparation au retour en métropole.

D’autres mesures on été mises en place:

Le kit de sensibilisation

La pause opérationnelle

Le sas de fin de mission

La fiche de suivi post opérationnel

(source et détails ici)

.

PRISE EN CHARGE

La prise en charge est effective pour les militaires, anciens militaires et civils de la défense.

– Le numéro Ecoute Défense 08 08 800 321, gratuit et anonyme, H24, 7/7

Les militaires d’active ou les retraités, ainsi que leurs familles, conjoints, enfants, parents, voire amis, peuvent appeler ce numéro tous les jours et jour et nuit. Un psychologue sera à votre écoute, vous parlera du SPT, de ses symptômes et vous orientera vers la personne qui répondra le mieux à votre demande.

Ce numéro vous permet de façon simple et rapide d’obtenir des réponses à vos questions et d’avoir une première orientation, ou une simple écoute ce qui est souvent le plus urgent.

De plus, on y respectera votre anonymat si tel est votre souhait. Cela permet aux militaires qui craignent que leur SPT détruisent leur carrière de se faire aider sans ce souci supplémentaire.

© photo : J-R Drahi – Sirpa Terre – Création graphique : BCISSA/DCSSA

© photo : J-R Drahi – Sirpa Terre – Création graphique : BCISSA/DCSSA

– Les consultations gratuites auprès de spécialistes (médecins, psychiatres ou psychologues) dans un centre médical des armées (CMA) en métropole, dans un centre médical interarmées (CMIA) en outre-mer, ou dans un hôpital d’instruction des armées (HIA). Télécharger ICI les coordonnées.

Quand les structures de soins du SSA sont trop éloignées, le militaire peut aller consulter un psychologue dans le civil, les soins sont désormais remboursés par l’association Terre Fraternité (à concurrence de 40 €), en adressant une demande d’aide à la CABAT (la consultation chez un psychiatre civil est remboursée, elle, d’office, par la sécurité sociale et la mutuelle,puisque le psychiatre est un médecin).

– La cellule d’aide aux blessés de l’armée de terre CABATIntervention immédiate, suivi, accompagnement.

– L’association Terre-Fraternité intervient en complément des actions menées par la cellule d’aide aux blessés de l’armée de Terre (CABAT) et apporte un soutien moral et matériel aux victimes.

 

STP: QUELS SONT LES SYMPTOMES?

STP: LE PLAN D’ACTION DU MINISTERE

STP: POURQUOI SE SOIGNER ? POUR MOI ET POUR LES AUTRES

 

0001Lb

468 ad

Trackbacks/Pingbacks

  1. soldat de métier - Médecin dans le feu de l’action au centre médical des armées Pour le médecin militaire généraliste, le métier ne…
  2. SPT: Le plan d'action de lutte du ministère | Secret Defiance - […] Le stress post-traumatique : Quels sont les symptômes ? SPT: Prévention,détection,prise en charge […]

COMMENTAIRES (les commentaires sont modérés AVANT publication)

ARTICLES RECENTS

ARTICLES LES PLUS LUS

COMMENTAIRES RECENTS