web analytics

s'abonner: Articles | Commentaires | Email

leader

Soldats tués en Centrafrique: Un hommage rendu sur le Pont Alexandre III

2 comm.
PARTAGER

HOMMAGE – Des associations d’anciens combattants et le gouverneur militaire de Paris avaient appelé au rassemblement sur le passage du cortège transportant les corps des deux militaires français…

Plusieurs centaines de personnes ont rendu hommage ce lundi matin aux deux soldats français tués la semaine dernière en Centrafrique, lors d’un rassemblement sur le Pont Alexandre III à Paris, avant le début des cérémonies officielles aux Invalides.

Un hommage à l’appel des associations d’anciens combattants et du gouverneur militaire de Paris, sur le passage du cortège transportant les corps des deux premiers militaires français morts depuis le début de l’opération française en RCA. A 11h30, les cérémonies d’hommage national ont débuté en présence du président François Hollande.

«Il est normal que les familles sachent qu’elles ne sont pas seules»

Antoine Le Quinio, 22 ans, et Nicolas Vokaer, 23 ans, du 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (8e RPIMa) de Castres ont été tués le 9 décembre lors d’un accrochage avec des miliciens près de l’aéroport de Bangui. «Ils sont morts pour la France, il est normal que les familles sachent qu’elles ne sont pas seules», soulignait Henri Denys de Bonnaventure, président de Gueules Cassées, une association de blessés de guerre. «Nous sommes surtout concernés par les survivants, mais on ne va pas oublier les morts pour autant.»

Vers 10h, les véhicules transportant les corps des deux soldats ont franchi le pont à faible allure dans un silence total, précédés par les motards de la Garde républicaine. Le béret rouge des paras avait été déposé sur les cercueils recouverts du drapeau tricolore. Parmi les 300 à 400 personnes rassemblées devant l’entrée des Invalides, beaucoup de militaires dont une quinzaine de parachutistes de 8e RPIMa venus spécialement de Castres, des bérets verts de la Légion et un détachement des pompiers de Paris, sur toute la longueur du Pont.

 «Très concernés par la situation», un groupe de Centrafricains était venu «soutenir les familles des deux soldats morts pour la paix». «Ils ont perdu la vie dans un conflit qui ne les concerne même pas», constatait tristement….LIRE LA SUITE
468 ad
  1. Bonsoir

    Un grand merci à tous ceux qui se trouvaient sur le pont Pont Alexandre III.
    Il n’est pas forcément possible à tout le monde de s’y rendre.
    Il est important de signaler à ceux qui s’y trouvaient qu’ils n’étaient pas seuls et qu’ils représentaient aussi tous ceux en France qui s’associent à leur Hommage.

    Cordialement

    • Epouse de soldat dit:

      En effet, lorsqu’on habite en province à plusieurs de Paris, on ne peut pas forcément se rendre aux hommages aux soldats morts pour la France. Il n’en reste pas moins que, comme vous le dites, nous étions de tout coeur aux côtés de ceux présents sur le Pont Alexandre III parce que nous aurions aimé être là.
      Merci à tous ceux qui ont pu témoigner de la solidarité de toute la France aux familles et frères d’arme du caporal Le Quinio et du caporal Vokaer.
      De tout coeur aussi avec tous ceux de nos soldats qui sont actuellement en opex, et tout ceux qui, en base arrière, continuent tant bien que mal en ces temps de disette, à accomplir leur mission pour la France, donc pour chacun de nous.

COMMENTAIRES (les commentaires sont modérés AVANT publication)