web analytics

s'abonner: Articles | Commentaires | Email

leader

Opération Castor sur Fréjus

3 comm.
PARTAGER

A TOUS, ICI BRUNO, TERMINé.

Le 20 novembre 1953, le commandant Bigeard saute, à la tête de son bataillon, sur la cuvette de Dien Bien Phu. Sa mission: s’emparer de la piste d’atterrissage. C’est l’opération Castor, prélude de la bataille de Dien Bien Phu.

Le 20 novembre 2012, 59 ans après, le général Bigeard rejoint le mémorial de Fréjus. Mission: reposer en paix, auprès de ses « p’tits gars ».

Le 20 novembre 2012, jour où les derniers combattants français quittent la Kâpisâ. Décidément, jusqu’au bout le général Bigeard aura été l’homme des symboles.

Le président Valéry Giscard d’Estaing, le MINDEF et le ministre délégué aux anciens combattants ont rendu hommage au général Bigeard, en présence de nombreuses délégations militaires et d’anciens combattants.

Valéry Giscard d’Estaing a honoré son ministre, Jean-Yves le Drian a salué la mémoire du vieux soldat. Marie-France Bigeard peut souffler, son père peut enfin reposer en paix. Cette fois-ci, les malveillants ont échoué. Une dernière fois, Bruno est vainqueur.

Comme l’a dit le MINDEF, une page se tourne. Mais cette page qui se tourne, ne doit pas signifier la fin du livre. Le livre de l’histoire militaire et des faits d’armes de la France. Le général Bigeard en fut un chapitre à lui seul, et quel chapitre!

Ils furent nombreux à écrire de leur sueur et de leur sang, l’histoire de la Nation. De victoires, en défaites, l’histoire de notre pays est inscrite sur les monuments aux morts de nos villes et villages, sur les murs de nos mémoriaux et musées.

Face à ces hommes qui se sont battus et sont tombés pour que nous puissions vivre debout, nous avons un devoir de mémoire. Nous devons non seulement nous souvenir, mais aussi enseigner à nos jeunes ce qu’ils furent, ce qu’ils firent et pourquoi ils l’ont fait.

C’est le message qu’il faut faire passer aux plus jeunes, en plus de leur enseigner à être « souple comme le cuir, mais trempé comme l’acier » comme se plaisait à le dire le général Bigeard.

Tant que nous et nos successeurs seront là, le grand livre de l’histoire militaire française ne se fermera pas.

Tant que nous enseignerons à nos jeunes les sacrifices consentis par nos anciens, rien n’aura été vain.

Tant que nous l’évoquerons, le chapitre de Bigeard ne se refermera pas.

A tous, ici Bruno, Terminé.

 

 

468 ad
  1. Honneur et respect.

  2. Magnifique article. Bigeard ou « Bruno » pour les connaisseurs, restera toujours une grande image de notre France. Il est de plus l’exemple même que quel que soit le point de départ on peut atteindre les plus hauts sommets par la force de la volonté.

  3. Au revoir Bruno,
    à bientôt mon Général

COMMENTAIRES (les commentaires sont modérés AVANT publication)

ARTICLES RECENTS

ARTICLES LES PLUS LUS

COMMENTAIRES RECENTS