web analytics

s'abonner: Articles | Commentaires | Email

leader

FOCUS sur Bigeard: L’Indochine

0 comm.

SOMMAIRE:

SUIVEZ BIGEARD (suite…)


Opération Castor sur Fréjus

3 comm.

A TOUS, ICI BRUNO, TERMINé.

Le 20 novembre 1953, le commandant Bigeard saute, à la tête de son bataillon, sur la cuvette de Dien Bien Phu. Sa mission: s’emparer de la piste d’atterrissage. C’est l’opération Castor, prélude de la bataille de Dien Bien Phu.

Le 20 novembre 2012, 59 ans après, le général Bigeard rejoint le mémorial de Fréjus. Mission: reposer en paix, auprès de ses « p’tits gars ».

Le 20 novembre 2012, jour où les derniers combattants français quittent la Kâpisâ. Décidément, jusqu’au bout le général Bigeard aura été l’homme des symboles.

(suite…)


Bigeard, bientôt à Fréjus.

4 comm.

Demain le général Bigeard effectuera son dernier saut. Ses cendres rejoindront le mémorial de la guerre d’Indochine à Fréjus. Demain, c’est à dire dans quelques heures. Et aujourd’hui, la presse nationale et régionale est curieusement silencieuse…….

Coup de gueule.

Vous allez dire que je radote, mais il y a quand même des choses qui ne passent pas. Certains vont même me traiter de réactionnaire, peu m’importe, qu’ils retournent à leurs télés réalités et au lavage de cerveau qui est fourni avec! Mais traiter de la sorte, un type qui a consacré sa vie, dont 20 ans de guerres, à défendre son pays, là c’en est trop!

Bien sûr, il y a bien eu quelques petits articles, de ci, de là, qui évoquent Bigeard au cours des mois écoulés, dans la presse régionale de préférence, car la presse nationale a bien d’autres chats à fouetter! En réalité, ces articles ne parlent pas de Bigeard. Ils parlent de tous les « rats de la Nam Youn » qui depuis sa mort, s’évertuent à salir sa mémoire par pétitions et blogs interposés. Pour la presse, Bigeard n’est plus qu’un support pour mettre en avant ces « protestataires » qui se gargarisent de leur fiel, ayant déjà fait reculé une fois le gouvernement en s’opposant à l’entrée de Bigeard aux Invalides. (suite…)


Bigeard (6/6): Dien Bien Phu, par ceux qui y étaient

2 comm.

VIDEO  : Dien Bien Phu, 3 mots qui résonnent dans la mémoire. 3 mots qui tonnent encore du fracas d’une bataille dantesque. Cette bataille, je ne vous la raconterai pas. Je préfère en laisser le soin à ceux qui y étaient, à ceux qui l’ont vécue, à ceux qui l’ont souffert.
Vous y retrouverez Bigeard, Le Boudec, Ménage, et bien d’autres encore, qui étaient lieutenants, sergents, parachutistes ou légionnaires. Des dizaines de témoignages accompagnent ces images d’archives. La guerre, les souffrances, l’héroïsme, la camaraderie, mais aussi le sabotage des munitions par les militants communistes, comment les américains et les britanniques ont lâché la France,  les camps où furent déportés les (suite…)


BIGEARD (5/6):Tu-Lê, de Muong Chen à la rivière Noire

2 comm.

Il est 19h00, le bataillon Bigeard a rejoint sa position de départ, à l’écart du poste de Muong Chen, quand éclate une fusillade extraordinaire en provenance du poste. Fidèle à sa parole, l’adjudant Peyrol et ses 40 Thaïs engagent le combat avec les guetteurs viêts, de façon à provoquer l’assaut de son poste par les bataillons viêt-minh.

Les voltigeurs que Bernard avait laissé à proximité du poste rendent compte que des centaines de viêts convergent vers Muong Chen dans l’espoir d’anéantir le 6ème BPC qu’ils croient encore être dans le poste. Les combats font rage. C’est le moment pour le bataillon de s’exfiltrer.

« Ici Bruno. En avant. »

Qui ose, gagne ! (suite…)


BIGEARD (4/6) : de Tu-Lê à Muong Chen

0 comm.

La progression est rapide, la compagnie Leroy a déjà dépassé les positions de Magnillat et s’installe à la sortie de la deuxième rizière qui commande l’ascension vers Kao Pha.

Trapp arrive à son tour avec son unité et glisse à Magnillat : « tu devrais te méfier, mon sergent de queue est suivi à 100 mètres par de drôles de types qui lui crient de se rendre !

La route sera longue. Déjà, certains des blessés partis en fin de matinée sont rattrapés.

Il est 16h00, les bombardiers sont repartis.

« Bernard à Bruno, j’ouvre le feu sur les poursuivants d’Hervé. Ce sont des viêts. » (suite…)


Bigeard (3/6): Tu-Lê, les viêts arrivent

3 comm.

LES VIETS ARRIVENT……………….

Pendant ce temps, le sous-lieutenant Ferrari (Jacky à la radio), ankylosé par sa nuit de veille en embuscade dit à son adjoint : « cette fois mon vieux, nous allons être aux premières loges. Ils vont sûrement nous tomber dessus aujourd’hui ». Jacky a un goût forcené pour la confrontation brutale, avec insouciance et un mépris total des précautions pour sa propre personne. Qu’il s’agisse de se jeter sur les viêts ou à la gorge d’un officier supérieur « planqué » à Hanoï !

SOUVENIR DE DIOGENE

Le général Le Boudec et le colonel Ferrari, respectivement lieutenant et sous-lieutenant au 6ème BPC sous le commandement de Bigeard à Tu-Lê, nous avaient fait l’honneur d’accompagner Bruno, lorsque ce dernier, était venu nous narrer, à mes camarades et moi, les combats menés par son bataillon durant l’épopée de Tu-Lê. Pendant les récits de nos anciens, il régnait une atmosphère particulière autour de nous et les murs de la salle s’estompaient pour laisser place aux herbes à éléphant et à une végétation luxuriante. (suite…)


Bigeard (2/6): Tu-Lê, début de l’opération

0 comm.

Ce matin d’octobre 1952 pourrait être un grand jour, si la météo voulait bien s’améliorer assez pour permettre le déclenchement de l’opération décidée par le général de Linarès. Deux divisions viêtminh descendent sur Nghia Lo pour s’ouvrir les portes du Nord-Laos. Le 6ème bataillon de parachutistes coloniaux du commandant Bigeard, six cent soixante-six hommes, doit sauter sur les arrières de l’ennemi.

Mission : rééditer la manœuvre qui a enrayé, pratiquement au même endroit, l’offensive ennemie de l’année précédente. (suite…)


Bigeard (1/6)

12 comm.

Je vous propose de le suivre sur les pistes d’Indochine et d’Algérie, et de vous raconter les discussions que j’ai eues avec lui dans les années 90 quand j’ai démarré dans la carrière .

La seconde guerre mondiale, l’Indochine, l’Algérie….20 ans de guerre. 33 ans de sauts en parachute, 5 blessures, 2 captivités. Officier le plus décoré de France, Grand-Croix de la Légion d’honneur, secrétaire d’Etat à la Défense, député pendant 10 ans, président de la commission de la Défense à l’Assemblée Nationale. (suite…)