web analytics

s'abonner: Articles | Commentaires | Email

leader

23/10/83: 55 parachutistes français tués dans un attentat: Hommage

7 comm.
PARTAGER

Deux attentats-suicides quasi-simultanés ont frappé les contingents américain et français de la Force multinationale de sécurité à Beyrouth, le 23 octobre 1983 tuant  55 parachutistes de la 3e compagnie du 1er RCP et 3 parachutistes du 9e RCP. Côté américain, l’attentat faisait 241 morts.

VIDEO JT DU 23 OCTOBRE 1983 (si la vidéo n’apparait pas, rafraichissez la page)

À environ 6 h 18  un attentat au camion piégé touche le contingent américain basé à l’aéroport international de Beyrouth. Environ deux minutes plus tard, un second attentat similaire détruit totalement l’immeuble français Drakkar transformé en quartier général. Celui-ci est totalement détruit comme en témoigne la vidéo.

Quinze autres soldats sont blessés. Vingt-six militaires sont indemnes.

L’attaque aurait été réalisée à l’aide d’un camion chargé de plusieurs tonnes d’explosifs dont le conducteur se serait fait exploser sur la rampe d’accès du bâtiment; le camion se serait soulevé dans les airs avant de retomber à sept mètres de distance.

La France et les États-Unis accusent le Hezbollah et l’Iran, l’attentat du Drakkar aurait été un acte de représailles à la livraison à l’Irak par la France d’avions de combat Super-Étendard équipés de missiles Exocet et accompagnés de pilotes instructeurs français.

En représailles, lors de l’opération Brochet le 17 novembre 1983, les Super-Étendard de la Marine nationale décollant du porte-avions Clemenceau effectuent un raid sur la caserne Cheikh Abdallah, une position des Gardiens de la Révolution islamique et du Hezbollah dans la plaine de la Bekaa.

HOMMAGE AUX MORTS DU DRAKKAR :

le capitaine Thomas Jacky
le capitaine Ospital Guy
le lieutenant Dejean de La Bâtie Antoine
le sous-lieutenant Rigaud Alain
l’adjudant Bagnis Antoine
l’adjudant Moretto Michel
le sergent Dalleau Christian
le sergent Daube Vincent
le sergent Lebris Jean-Pierre
le sergent Longle Yves
le sergent Ollivier Gilles
Le caporal chef Bensaidane Djamel
Le caporal chef Beriot Laurent
Le caporal chef Carrara Vincent
Le caporal chef Duthilleul Louis
Le caporal chef Grelier Xavier
Le caporal chef Loitron Olivier
Le caporal chef Margot Franck
Le caporal chef Seriat Patrice
Le caporal chef Vieille Hervé
Le caporal Girardeau Patrice
Le caporal Hau Jacques
Le caporal Jacquet Laurent
Le caporal Lamothe Patrick
Le caporal Lepretre Dominique
Le caporal Leroux Olivier
Le caporal Muzeau Franck
Le caporal Thorel Laurent
Le parachutiste de 1re classe Gasseau Guy
Le parachutiste de 1re classe Gautret Remy
Le parachutiste de 1re classe Julio François
Le parachutiste de 1re classe Pradier Gilles
Le parachutiste de 1re classe Tari Patrick
Le parachutiste de 1re classe Théophile Sylvestre
Le parachutiste Bachelerie Yannick
Le parachutiste Bardine Richard
Le parachutiste Caland Franck
Le parachutiste Chaise Jean-François
Le parachutiste Corvellec Jean
Le parachutiste Delaitre Jean Yves
Le parachutiste Deparis Thierry
Le parachutiste Di-Masso Thierry
Le parachutiste Durand Hervé
Le parachutiste Guillemet Romuald
Le parachutiste Kordec Jacques
Le parachutiste Lastella Victor
Le parachutiste Ledru Christian
Le parachutiste Levaast Patrick
Le parachutiste Leverger Hervé
Le parachutiste Meyer Jean-Pierre
Le parachutiste Porte Pascal
Le parachutiste Potencier Philippe
Le parachutiste Raoux François
Le parachutiste Renaud Raymond
Le parachutiste Renou Thierry
Le parachutiste Righi Bernard
Le parachutiste Schmitt Denis
Le parachutiste Sendra Jean

La femme et les enfants du concierge de l’immeuble

HOMMAGE

468 ad
  1. je suis « étonné » de me voir en photo , 31 ans après, pour illustrer l’ article de cette tragédie
    . je suis le militaire qui se penche sur le blessé allongé sur la civière tout en le transportant .
    Je ne connaissais pas cette photo . comment peut-on en obtenir une copie ??? Merci par avance .

    • Bonjour

      Tout d’abord tous mes remerciements, je suis honorée de vous avoir dans mes lecteurs.

      Je me suis contentée de faire une copie d’écran d’une image tirée du documentaire.

      Faites un glisser déposer de mon image, c’est tout.

      Tous mes respects.

    • En vous remerciant ,
      cela nous ramène très loin en arrière . Je pense à tous mes amis qui y sont restés et aux rares survivants qui ont pu en rechapper

    • Camille Guffroy dit:

      Bonsoir Guiraud !
      Je m’appelle Camille Guffroy et vous avez peut-être connu mon oncle, le para Patrick Levaast ! Je n’étais pas née pour le connaître moi-même, et ma mère (sa soeur donc) ne peut pas me raconter qui il était vraiment sans pleurer et tout passer sous silence.
      Si vous voyez mon message, s’il vous plait, répondez-moi, dites-moi si vous l’avez connu. Il allait fêter ses 20 le 24 novembre 83.
      Merci !

    • bonjour Camille ,*et désolé de vous répondre avec autant de retard;
      non je ne puis dire que j’ai connu vraiment votre oncle , nous étions si nombreux et pour ma part je me trouvais dans un poste à coté de DRAKKAR .
      J’avais et j’en suis désolé plus de contact avec les gradés .
      je m’associe à votre peine ainsi qu’à celle de toute votre famille

    • Camille Guffroy dit:

      Merci beaucoup pour votre réponse Guiraud.
      Bonne continuation.

  2. j’étais à l’époque à 500m de la cote sur l’aviso commandant de pimodan un A69 et de quart de 4h à 8h lorsque nous avons appris ces attentats des hélicos sont venus récupérer du personnel pour aider à déblayer et rechercher des survivants .à l’époque il fallait demandée à paris l’autorisation de tirer ,que l’on avait qu’un jour ou deux de munitions ,que le ministre était surnommé au ministére « her nul  » .que nos crusaders et étendards ont bombardé le lendemain lors d’un raid « dans la plaine de la bekka » surtout pour l’opinion public ( résultat un mort « un pauvre berger » ) on c’est mis en escadre pour protéger le porte-avions « le clemenceau  » ?? et comme maintenant il y avait beaucoup de probléme pour étre opérationnel vu les gens qui gouvernaient.

COMMENTAIRES (les commentaires sont modérés AVANT publication)